Analyse de presse

Lancet for piercing a finger at a diabetes

Où les fruits faussent la glycémie.

Les essais randomisés n’ont pas apporté de preuves suffisantes de l’influence favorable de l’autosurveillance glycémique (ASG) sur le pronostic du diabète mais il est clair que celle-ci est utile pour guider la prise en charge…pourvu que patients et praticiens sachent l’utiliser correctement.

Au-delà des écueils techniques ou d’interprétation que l’on pourrait pressentir, il est ainsi un problème suffisamment important pour être abordé dans un article du prestigieux Diabetes Research and Clinical Practice : Il s’agit des conséquences de l’utilisation de l’appareil d’ASG alors que les bouts des doigts sont tâchés de jus de fruit !

Le risque d’erreur dans la mesure de la glycémie, dans ces circonstances, a été évalué par deux auteurs japonais auprès de volontaires sains (une dizaine par fruit !) chez lesquels des prélèvements sanguins à jeun ont été réalisés au bout des doigts après que ceux-ci aient été nettoyés à l’alcool (situation contrôle). Les participants ont ensuite été invités à toucher la pulpe ou la chair de divers fruits (raisin, pomme poire, pastèque, kaki, pamplemousse) et 30 mn plus tard un nouveau prélèvement capillaire a été effectué dans différentes conditions : sans lavage des mains ni application d’alcool; sans lavage des mains mais après nettoyage du bout des doigts avec un coton imbibé d’alcool à une reprise ou à 5 reprises ; après lavage des mains à l’eau du robinet.
Le taux de glycémie mesuré après lavage des mains à l’eau du robinet était similaire à celui obtenu en situation contrôle, quel que soit le fruit touché. En revanche en l’absence de lavage des mains, la glycémie mesurée était erronément élevée qu’il y ait eu ou non application d’alcool à une ou 5 reprises…

Les fruits contiennent du fructose et du glucose. Chez le patient soumis à une ASG, il est important, avant de faire le prélèvement capillaire, de se laver les mains à l’eau du robinet (plutôt que de les nettoyer à l’alcool) après avoir touché des fruits, pour ne pas risquer de fausser la mesure de la glycémie au bout des doigts, la pseudo-hyperglycémie constatée pouvant alors entraîner des modifications inutiles de la prise en charge.

Références :
Arakawa M, Ebato C : Influence of fruit juice on fingertips and patient behavior on self-monitoring blood glucose. Diabetes Res Clin Pract., 2012; 96:e50-2. doi : 10.1016/j.diabres.2012.01.028.